Jay Electronica – The Pledge les références.

Jayelectronica aka Jay ElecHanukkah, Jay ElecYarmulke Jay ElecRamadaan, Muhammad A’salaamaleikum !! est peut être bien l’artiste que je maudis le plus au monde, un putain de feignant qui passe aujourd’hui son temps à Londres à Bang Kate Rothschild … oui oui la riche héritière, il faut reconnaître qu’après Erykah Badu le monsieur sait indéniablement choisir ses femmes.

article-2329289-19D27B2C000005DC-579_634x863

La ou le bas blesse c’est que cela fait aujourd’hui 8 ans, bientôt 9 que le bonhomme a sorti The Pledge, sa track référence (bon ok les Exhibit A & C c’est du très haut level) mais toujours pas l’album tant promis à l’horizon bien que signé, vous l’excuserez du peu, chez Roc Nation le label de Monsieur Sean Carter.

Je ne vais pas vous faire l’analyse de sa carrière certainement ratée, il assume et en est fier semble t’il, tant mieux pour lui me direz vous, le truc c’est que 9 ans après donc, The Pledge reste une track de folie, pleine de référence et j’ai décidé de m’arrêter rapidement sur ces références qui permettra certainement à certains d’entre vous de regarder quelques très grands films, parce qu’en plus d’être un très grand rappeur mixé à un putain de feignant, Jayelec a clairement de très bon gout cinématographiquement parlant.

Act 1 – Eternal Sunshine of the Spotless Mind

La première référence est bien évidemment celle faite à Eternal Sunshine of the Spotless Mind, incroyable film porté par Kate Winsley et Jim Carrey! Pour le coup Jay sample sur la totalité des 4 actes l’OST du film. Cette incroyable OST produite par Jon Brion est une ode à la mélancolie, il saura sublimer ces instrus. D’ailleurs cette première piste se termine par une référence directe au film ‘Eternal Sunshine of the Spotless Mind’ du plus bel effet.

Act 2 – Because he Broke the rules.

Le morceau commence par un dialogue issu de ‘Willy Wonka & the Chocolate Factory’ connu en France sous le nom de Charlie et la chocolaterie, l’importance du mixe est à noter, la fin du dialogue et le fait d’accentuer le fameux ‘You lose! Good day, sir!‘ est très important pour la suite du morceau et l’impact que peut avoir ce dialogue ou Willie Wonka/Charlie se met en colère suite à l’importance d’un contrat non tenu.

Act 3 – Voodo Man

Le début de ce morceau m’a permis de découvrir un film poignant, qui m’a fait pleuré plus d’une fois… le film en question est « Les tortues volent aussi » en arabe لاک پشت ها هم پرواز می کنند oui faut bien faire genre j’écris arabe toussa … Turtle can fly (en anglais aussi eh ouai!) est un film iranien réalisé par Bahman Ghobadi lui même Kurde Iranien (quel beau mélange, cela ferait sourire Marine) sorti en 2004. Pour la référence et l’importance de ce choix, il est bon de noter que c’est le premier film tourné en Irak après le renversement de Saddam Hussein et les tristes événements qui ont suivi.

le plot:
« Le film est tourné dans une camp de réfugiés kurdes à la frontière de l’Irak et de la Turquie à la veille de l’invasion de l’Irak en 2003. L’installeur des satellites de treize ans, Kak Satelllite (Soran Ebrahim), est connu pour installer des soucoupes et des antennes chez les villageois des environs qui souhaiteraient avoir des nouvelles de Saddam Hussein, et pour son savoir limité de l’anglais. Il est dynamique, mais également manipulateur.
Le jeune adolescent installateur de satellites organise la récupération des mines non explosées pour les revendre. Il rencontre une orpheline nommée Agrin (Avaz Latif), fille au visage triste qui voyage avec son frère handicapé, mais intelligent, qui semble avoir le don de la clairvoyance. Les deux enfants prennent soin d’un enfant aveugle, qui se découvre au cours du film être le fils de la jeune Agrin, qui a été violée par les soldats il y a quelques année… »

Je pense que pour saisir l’importance de ce dialogue il faut avoir vu le film, j’ai eu beaucoup de mal à le trouver sur la toile, mais je ne peux que le conseiller vivement tant il m’a pris aux tripes! si des gens sont intéressés je peux l’upload. De rien.

Act 4 – FYI

Le morceau débute par un discours d’Elijah Muhammad de la Nation of Islam (BOUH LES MECHANTS MUSULMANS)
« Don’t get me wrong now. Don’t make a mistake in thinking that I’m telling you this was the beginning of the man on the Earth. Fifty thousand years ago is like telling you thirty days ago or ten days ago or five days ago, to the age of the universe. We have no exact record of it but it runs way into the trillions »

La aussi le choix n’est pas anodin, Jay des son premier morceau a choisi un passage ou Elijah Muhammad parle de la spiritualité, élément qui caractérise clairement jayElec et ce même si sa carrière n’est pas très fourni, il y a toujours eu ce côté mystique chez lui, à la recherche de la spiritualité (sisi rappelez vous sa vidéo totalement WTF au Népal)

Le morceau se termine par un second dialogue de Charlie et la Chocolaterie, détail important et très succinct c’est le fameux ‘Are You Watching Closely ?’ repris du meilleur film de Christopher Nolan à ce jour: The Prestige! La aussi je pense que c’est un film à voir absolument et je suis persuadé que la plupart d’entre vous si ce n’est la totalité auront vu ce film qui a titre perso est dans mon TOP 10.

Par des choix calibrés aux millimètres, par une approche quasi unique Mr Electronica a rendu ce son exceptionnel, dommage que la suite n’ait pas suivi et qu’aujourd’hui nous pouvons le dire il est et restera un gâchis totalement sous exploité.

A.

~ par A. sur novembre 6, 2015.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
pavane toi

Seulement ce qui en vaut la peine

Peace, Love, Unity and Having fun

Sagihiphop.com / Les chroniques de Sagittarius

Chroniques Rap, Soul/R&B, Electro...

LES CHRONIQUES DE OUAFA

Parce que le rap c'est sérieux, beaucoup s'y sont trompés

%d blogueurs aiment cette page :